02/04/2020 | Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

expatriation guadeloupe blog_






Hi everyone ! Il est temps de vous parler de mes premiers mois d’expatriation en Guadeloupe. Je partagerai peu d’articles sur mon blog autour de ce thème précis car We Love Guadeloupe est avant tout un site créé pour soutenir la promotion du tourisme de mon île, au-delà des incontournables mais également vous présenter les talents locaux que je trouve incroyable ! Pour ceux qui ne me connaissent pas à travers mon autre premier site We Love New York : je suis née à Tours où j’ai grandi jusqu’à l’âge de 19 ans avant de m’installer à Paris jusqu’à l’âge de 34 ans. J’y ai donc vécu 15 ans. J’ai toujours apprécié la vie en ville, voyager, découvrir en permanence de nouveaux concepts innovants.



Avant le départ en Guadeloupe, je me suis informée mais avant tout bien écoutée !

Comme pour chacun de mes projets, je m’informe mais je m’écoute avant tout. Je vous invite à faire la même chose si vous souhaitez vous expatrier en Guadeloupe ou un autre pays. Des personnes tenteront de vous dissuader pour de multiples raisons ou vous vendront seulement du rêve. A vous de faire intelligemment le tri afin de vous faire votre propre idée. Mes parents sont nés en Guadeloupe, la plupart des membres de ma famille vivent sur l’île. Je suis déjà venue plusieurs fois en Guadeloupe avec un oeil de touriste et non local. J’ai aussi eu la chance (avant de me consacrer pleinement à l’entrepreneuriat dans le tourisme pour mes sites) de travailler dans la compagnie aérienne Air Caraïbes plusieurs années. Ma dernière mission pour des projets liés à l’expérience client à Air Caraïbes me permettait de venir quasiment tous les mois sur l’île avant de m’installer.

Vous savez quoi ? Avant de m’installer, j’ai tout entendu.

Aujourd’hui, autant vous dire que ma vision des choses a nettement changé. J’ai de la gratitude de vivre sur cette île, que je peux appeler #home désormais.

Tout ce que je décris ci-dessous concernant mon expatriation en Guadeloupe, c’est mon propre avis personnel, uniquement mon ressenti personnel, par rapport à mon parcours de vie et l’ouverture d’esprit que mes voyages dans le monde entier m’ont apporté.


J’aime en Guadeloupe

// La douceur de l’île

Depuis mon arrivée, j’ai beaucoup plus l’impression de savourer le moment présent. Contrairement à tous les clichés que l’on peut entendre, le rythme est aussi soutenu ici dans la semaine entre le travail (surtout quand il faut affronter les embouteillages du matin), les tâches quotidiennes, la vie de famille, … mais peut-être que le cadre pittoresque qui entoure les grands axes routiers, l’air de meilleure qualité, les points de vue faciles d’accès sur la mer, les palmiers, le chant des oiseaux au réveil, le bruit des Klaxons moins fréquent (oh my God Paris ou New York) contribue à cette douceur. Ah j’oublie aussi la douceur des rayons de soleil qui de toute évidence sont bénéfiques et apaisants.

plage-sainte-anne-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

Cette lumière forte avec les températures chaleureuses ont des bienfaits incroyables sur la santé ! Personnellement, je peux vous dire que depuis mon expatriation en Guadeloupe, mon sommeil est meilleur et je suis beaucoup moins stressée. J’affronte beaucoup mieux les situations que je trouvais autrefois stressante, prends le temps de méditer ou respirer avec des exercices de sophrologie.

 

hibiscus-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

// Le savoir vivre ensemble

Une chose que j’adore depuis mon expatriation en Guadeloupe. Les habitants se saluent. J’avais du mal au début car à Paris, il est très rare de dire bonjour à une personne que l’on ne connaît pas et que l’on croise par exemple sur un trottoir. En Guadeloupe, c’est plus commun. Tu vas te balader dans un sentier, tu croises quelqu’un, tu dis bonjour. La politesse, et c’est valable aussi pour les petits qui te saluent. Je trouve que c’est super. Sur l’île, l’éducation est un point très important.

 

expatriation-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

// La nature

Ahlala. Je n’arrive toujours pas à réaliser la chance que j’ai de pouvoir admirer toute cette nature autour de moi. Je ne parle pas des plages, j’y vais très peu. Me coucher sur le sable, nope ce n’est pas mon truc. Par contre, admirer les couchers de soleil en Guadeloupe me promener dans des sentiers pour chercher des points de vue inédits juste avant le coucher du soleil, regarder les oiseaux, explorer la forêt tropicale, escalader le point culminant La Soufrière, me confronter aux Chutes du Carbet, comprendre ce qui m’entoure et l’écosystème de la Guadeloupe me passionne !

grande-anse-deshaies-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

Depuis que j’ai choisi l’expatriation en Guadeloupe, j’ai pris une sacrée claque mais aussi davantage conscience de tous les problèmes liés à notre planète. C’est un sujet que je compte aborder de plus en plus sur We Love Guadeloupe.  Qu’en pensez-vous ?

foret-tropicale-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

// La gastronomie riche

En Guadeloupe, on mange bien et de bonne la cuisine relevée, qui a du goût. C’est valable aussi pour les végétariens, végétaliens, gluten-free, il y a beaucoup d’options dans les commerces, notamment bio qui sont nombreux mais aussi dans les restaurants. Comme pour beaucoup, je considère les plats de ma maman comme les meilleurs, elle vit en Métropole mais ce que j’apprécie sur l’île, c’est que l’on peut cuisiner tous les jours avec des produits frais et écologiques faciles d’accès, achetés sans passer par un intermédiaire (et je soutiens cela à 10000% pour l’économie locale, aider les agriculteurs) : des fruits exotiques, des légumes pour de bons petits plats sains, des herbes, des épices, des graines, des farines, …

Beaucoup de concepts proposent la livraison de paniers légumes/fruits chaque semaine à un point de rendez-vous ou chez soi pour une vingtaine d’euros à peine. Magnifique pour manger sain et local, éviter la grande distribution qui abuse nettement sur les prix et reverse une petite partie aux producteurs !

desirs-du-palais-sainte-anne Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

// La proximité avec les autres îles des Caraïbes, les Etats-Unis, le Canada

L’eau nous entoure, mais plus loin beaucoup de jolies îles qu’il me tarde de (re)visiter pour certaines : les îles de la Guadeloupe (Les Saintes, Marie-Galante, Petite Terre, …), La Barbade, Dominique, Sainte-Lucie dont je vous parlerais bientôt, Barbade, Grenade, Saint-Martin, Porto Rico …

Et puis, il y a aussi les Etats-Unis à quelques heures seulement en avion : Miami par exemple, des vols directs sont proposés toute l’année au départ de Pointe à Pitre. Aussi New York, avec des vols saisonniers. Ou le Canada.

Un plus que j’apprécie énormément depuis mon expatriation en Guadeloupe en tant que passionnée du voyage !

 

// Le shopping en moins

Ah … mon compte bancaire se porte beaucoup mieux niveau économie depuis que je vis en Guadeloupe. Vous pensez bien que je suis moins tentée car il n’y a pas tous les department stores, les concepts stores, les marques internationales que l’on retrouve en Métropole. Il y en a (Promod, Victoria Secret, Mango, Habitat, Weldom le Leroy Merlin local, …) mais c’est loin d’être au même niveau que Paris. Moi, ça me convient parfaitement car je me rends compte que finalement je n’ai pas besoin de tout ce que je pouvais acheter chaque semaine à Paris, surtout que j’y vais régulièrement. Et puis, je peux me faire livrer par quasiment tous les shops online mais je réfléchis à deux fois avec les frais de livraison plus élevés.

Aussi, ici, je n’ai plus les quatre saisons : plus la peine d’acheter de nouvelles bottes, bottines, de manteaux, écharpes, bonnets, veste légère, etc … tenue estivale toute l’année avec des produits de qualité pour éviter de renouveler constamment sa garde robe ! Je laisse les tenues chaudes dans mon appartement à Paris pour les avoir lorsque je reviens.

 

// La dynamique de l’île en terme de créativité

Une belle surprise. Je suis vraiment agréablement surprise par toute la belle énergie créative de l’île. Il y a ici beaucoup de talents et dans plusieurs secteurs : tourisme, culinaire, digital, industriel, … La Guadeloupe est une île riche aussi pour ses hommes, aussi métissée. Je vous parlerai bientôt ici des beaux concepts que j’ai adoré découvrir sur l’île et tout aussi inspirant que d’autres concepts croisés à New York, à Melbourne, à Paris, à Hong Kong …..

 

street-art-pointe-a-pitre-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après

 

// Les traditions et les festivités 

Il y en a beaucoup ici : le Carnaval de la Guadeloupe, le gwoka, .. Je trouve vraiment important de conserver ces nombreuses traditions pour la richesse de la culture de notre île mais également la transmission de valeurs aux futures générations. Espérons que cela continue au fil des décennies.

2020-carnaval-guadeloupe-ile Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois après


Un peu moins cool pour mon expatriation en Guadeloupe

// Apprendre à vivre avec des insectes

Ma phobie en Guadeloupe : les insectes, plus spécialement les scolopendres. Je n’ai jamais aimé cela mais je pense que nous sommes peu à apprécier les insectes ahah. Ici en Guadeloupe, tu dois apprendre à vivre avec eux sinon ton quotidien devient difficile. Il faut faire l’effort de comprendre en quoi chaque insecte impacte l’écosystème de l’île et puis bizarrement cela aide à avoir moins peur et même à les laisser tranquille pour certains. C’est aussi un sujet qui m’intéresse fortement, notamment pour la faune sous-marine.

// Les coupures d’eau sérieux !

Alors ça c’est un truc de dingue que je n’avais jamais vécu avant mon expatriation en Guadeloupe même en voyageant en Asie par exemple. Vous me croyez si je vous dis que certaines communes ont des coupures d’eau pouvant aller jusqu’à 24h voir plusieurs jours ? Même des communes touristiques comme Saint-François s’il vous plaît ! Comment est-ce possible sur une île aussi développée que la Guadeloupe ? Il y a plusieurs explications à cela que je partagerais avec vous à l’occasion dans un prochain article. La solution à cela ? Avoir des stocks d’eau chez soi (des bouteilles par exemple), ou une citerne comme dans notre maison qui permettra de stocker l’eau pluviale pour ne pas se retrouver en panne sèche. Au final, c’est économique et écolo !

// Les parcours de running qu’il faut chercher

La galère au début ! J’avais l’habitude de courir dans des grands parcs en région parisienne ou sur des chemins tracés de quartier en quartier. Ici en Guadeloupe c’est différent. Mon coup de coeur pour le running en ce moment clairement ce sont les stades. Une belle découverte pour progresser et courir tranquillement plusieurs kilomètres dans une zone sécurisée, éclairée même le soir.

En revanche, pour les routes c’est différent. Là où je vis actuellement, il y a des chemins plutôt sympathiques pour courir sur les trottoirs même s’il y a pas mal de dénivelés, ça permet de sortir de sa zone de confort. En revanche, la future commune où je vivrais à la fin du confinement, elle, n’a pas les mêmes parcours piétonniers à proximité de chez moi pour démarrer immédiatement un run, il faudra que je me rapproche en voiture je pense. Il y a un stade mais plus loin donc il faudra y aller en voiture à quelques petites minutes seulement. Je pense du coup favoriser énormément les exercices fit sur la pergola et alterner avec deux runs en temps normal dans la semaine, et plus lors de la préparation d’un marathon.

// Le fait de devoir se déplacer constamment en voiture

Fini le métro, fini Uber ou Lyft depuis mon expatriation en Guadeloupe. Il n’y a ni l’un ni l’autre (peut-être un Uber local qui s’appelle Coco mais je ne suis pas encore certaine de ce que cela vaut). Le métro ne me manque pas, avec un tas de microbes, de comportement parfois louches ou d’insécurité, mais pour se déplacer c’est tellement pratique ! Quant au Uber, aussi, j’avais l’habitude de choisir cette option pratique à Paris ou une autre ville. Ici, il y a éventuellement le bus mais on va dire qu’il y a encore du progrès nécessaire même si c’est de plus en plus structuré et puis c’est super long pour arriver à deux endroits opposés avec tous les arrêts de bus.

Dans mon cas, j’ai un véhicule mais bon il faut aimer conduire, ce n’est pas mon cas ahah !



Voilà déjà pour mon premier compte rendu quasiment six mois après mon expatriation en Guadeloupe. Le temps passe vite, oui même en Guadeloupe. Je n’ai été à la plage peut-être que deux ou trois fois depuis mon arrivée donc vous voyez c’est encore un cliché : le sable, les cocotiers, … oui mais quand nous habitons sur l’île, nous ne sommes pas en vacances, il faut aussi travailler dur, le week end il y a plein de choses à faire que nous n’avons pas le temps de faire dans la semaine.

J’espère que cet article sur mon expatriation en Guadeloupe vous aura plu, n’hésitez pas à commenter avec votre ressenti, votre avis, peut-être que vous y avez déjà vécu (votre commentaire ne vous inquiétez pas sera mis d’abord en modération si vous ne le voyez pas).

Merci pour votre visite sur We Love Guadeloupe et à très bientôt !

XO

💛

allee-dumanoir-guadeloupe Expatriation en guadeloupe, le premier bilan, six mois aprèse

9 petits mots

  • Déborah dit :

    Très très bel article ..
    Je vis en Guadeloupe depuis 10 ans maintenant, je trouve que tu as tout bien résumé.
    Bonne continuation Viviane

  • Laini dit :

    Chouette lecture. Ça le fait pensez au Rwanda et l’Afrique de l’est sur certaines perceptions : la beauté des paysages, le rythme aussi soutenu ( ce mythe que au soleil les gens ne font rien est ridicule), les coupures d’eau ou d’électricité,… On se sent grandi dans ce genre d’environnement. As tu déjà partagé ce qui t’a motivé à revenir t’installer en Guadeloupe? Bonne journée

    • Merci, pour ce super récit. Voilà aussi quelques temps que je pense a retourner sur mon île, mais les craintes m’empêchent de franchir le pas. J’ai adoré vous lire. Vous m’avez beaucoup aidé dans mes retranchements. Bonne journée et j’espère vous relire bientôt.

    • Femcabress dit :

      Merci, pour ce super récit. Voilà aussi quelques temps que je pense a retourner sur mon île, mais les craintes m’empêchent de franchir le pas. J’ai adoré vous lire. Vous m’avez beaucoup aidé dans mes retranchements. Bonne journée et j’espère vous relire bientôt.

  • Cloé dit :

    Welcome to Guadeloupe ! La Guadeloupe, mon île je suis née là bas à Basse-Terre et j’ai quitté pour Paris à l’âge de 19 ans et forcément je reviens très souvent car ma maman et mes petits frères y vivent. Je pense à y retourner pendant quelques temps afin de me ressourcer car il faut bien se l’avouer on est toujours mieux chez soi. 😍 Bravo pour cet article qui reflète complètement l’île, au fur et à mesure tu découvriras l’île les points positifs mais aussi à améliorer. Mais c’est un réelle chance et plaisir de vivre en Guadeloupe. A bientôt

  • MAKOPA dit :

    Bonjour Viviane,

    Je suis très heureuse pour toi. Je n’arrive pas à croire que tu a quitté Paris mais à la lecture de cet article, je comprends que ton expatriation en Guadeloupe te fais un grand bien !

    Ça me fait plaisir de te lire heureuse et tellement détendue. Félicitations pour tous tes projets réussis et à venir.

    Je t’envoie pleins d’ondes positives. J’ai hâte de lire les prochains articles. Enjoy.

    Adeline Makopa, #TeamEsprit

  • Cindy dit :

    Bonjour Viviane,
    J ai beaucoup aimé ton article.
    Tu décris très bien le ressenti que j ai également quand je m y rends meme si c est pour les vacances. Cette douceur de vivre je l ai bien connue. J y ai vecu jusqu’à l âge de 18 ans. J ai fait le chemin inverse du tien.
    Originaire de la Guadeloupe, je ne sais pas si jy revivrai un jour mais ce qui est sûr c est que j y suis très attachée.
    Bonne continuation a toi et longue vie à ton blog !

  • Emeline dit :

    J’ai lu avec plaisir cet article ! Je ne connais pas bcp la Guadeloupe mais mon expérience de l’outre-mer font que je partage ton ressenti.(Courage pour les insectes ;-))

  • Cofi03 dit :

    Hi Viviane,

    « Mwen apprécié ti artik as on Lo… »
    Je vis en Guadeloupe et j’ai beaucoup aimé ton article
    Je suis aussi à la recherche de lieux pittoresques et j’ai très envie que tu me trouves des lieux inédits ….
    A bientôt sur un Run…

Laisser un commentaire !

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs avec * sont requis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.